Chevalement puits des mines 15/15bis Image page d'accueil de la section potager
Logo ville de Loos-En-Gohelle
Blasons de la ville de Loos-En-Gohelle
 Image e-mail
Ligne séparation
Accueil  Potager  Cluture bio  Fleurs  Faune  Papillons  Oiseaux  Odonates  Insectes divers  Associations

Le compost

Définition - Elaboration - Utilisation

Définition

Le compost est une matière humifère stabilisée, issue d'un processus de transformation de matières organiques et végétales.

Principe du compostage

Les matières organiques et végétales sont dégradées par :

  • Les micro-organismes (bactéries, actinomycètes, champignons, protozoaires, rotifères).
  • Les macro-organismes (araignées, cloportes, milles pattes, mouches, nématodes, vers de terreau ou vers blancs)

L'ensemble se nourrit des sucres, des protéines, de la cellulose etc. Les déchets se décomposent alors, fermentent et se transforment en un humus stabilisé qui nourrira la terre et vos plantes

Que faut-il pour former un tas de compost ?

  • Des produits carbonés issus de matières dures, brunes et sèches, structurantes .
  • Des produits azotés issus des matières fraiches, molles, humides...

Que peut-on composter ?

  • Les matières carbonées, issues du broyage de branches, de feuilles mortes, de paille... Les branches que j'introduis ne sont pas forcément broyées. Les petites se décomposent, les plus grandes le font moins bien. Lors de l'utilisation du compost, je ne tamise pas. Les branches restantes finissent pour de se transformer dans le sol.
  • Les matières azotées, composées par vos tontes de pelouses, la taille de vos haies, vos herbes folles, vous déchets ménagers tels les restes de fruits, de légumes, les pelures (pas d'agrumes)...
  • On y ajoute , le marc de café et leurs filtres, des papiers divers, comme les mouchoirs, les essuie-tout, du journal, des coquilles d'œufs qu'on broie dans la main, des sciures, des cendres, des mégots de cigarettes (sans filtre), des cheveux, les litières des animaux herbivores. Mais aussi des morceaux de tissu ou de laine de composition naturelle...
  • Une pelletée de terre de temps en temps, des brassées d'orties (non en fleurs), les résidus de vos divers purins (sauf rhubarbe) etc.

Comment ?

Dans l'absolu, on met tout cela dans un composteur en alternant des couches de matières sèches et molles. Le tas va "travailler", fermenter, monter à température, jusqu'à 70° (température à ne pas dépasser). La transformation est rapide.

Dans la pratique, on emplit notre composteur au fur et à mesure de la récupération des déchets. Sans oublier de garder de la paille pour alterner les couches. Le travail est plus lent à démarrer, mais quand cela se mettra en route, vous aurez l'impression que le tas diminue plus vite que vous n'amenez de matières à composter. Pour accélérer, vous pouvez arroser d'un purin d'ortie .

J'ai 2 composteurs, que je nommerais 1 et 2.

- Pendant 1 an, je remplis le composteur (1), sans oublier d'intercaler déchets organiques et végétaux.
- Après une année, le composteur (1) est vidé dans le composteur (2). Le compost en formation y restera encore 1 an. Je reprends le cycle de remplissage du composteur (1)
- Au bout de la deuxième année, je vide le composteur (2). Il est stabilisé et prêt à être utilisé.
- Je le remplis aussitôt avec le contenu du composteur (1) et je n'y touche plus pendant un an, sauf pour l'aérer.
- Le composteur (1) est vide à son tour et le cycle reprend.

Dans le processus, ne pas oublier de mettre pas mal de journaux qui sont très bénéfiques au vers. A l'automne ne négligez pas le ramassage des feuilles mortes.

Ne pas oublier aussi d'aérer le tas. On y enfonce un bâton sur le dessus ou sur le coté selon votre type de composteur.
Personnellement je le vide aussi au moins une fois en cours d'année. Je mélange et je remets dans le même composteur

Quid des feuilles de platanes et de marronniers ?

  • Celles du platane se compostent très mal, sauf à pouvoir les broyer. Ne pas les ramasser.
  • Quand aux feuilles du marronnier, elles hébergent, l'hiver, la "mineuse du marronnier" dont beaucoup d'arbres sont atteints. A cette période, difficile de faire monter en température un compost qui pourrait la tuer. Elle n'est détruite qu'au dessus de 40°.

Quelques conseils

 - Il est important que le compost en cours de fermentation soit bien aéré. Les composteurs en lattes de bois légèrement espacées sont idéals. Je glisse régulièrement un manche en travers à plusieurs endroits pour "aérer".
- Il est intéressant aussi, en cours de saison, de vider une à plusieurs fois le container, puis de le remplir des mêmes matières. Les chinois y plantent des bambous qu'ils laissent en place.
- Le composteur doit être abrité d'un vent dominant pour ne pas le refroidir.
- Couvrir si nécessaire pour garder l'humidité qui doit être maintenue entre 50 à 70%. Cela est d'autant vrai si le composteur est exposé au soleil.

Composteurs
 Matières organiques dans le composteur
compost